Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/02/2010

Ali Soumaré : la vérité sur les condamnations

Extraits de l'article publié sans le journal "Le Parisien," le 23 Fécrier 2010

 

Attaqué sur son passé judiciaire, Ali Soumaré, tête de liste PS aux régionales dans le Val-d’Oise, contre-attaque. Son avocat, Jean-Pierre Mignard, est monté au créneau hier.  Vendredi, Francis Delattre et Sébastien Meurant (respectivement maires UMP de Franconville et de Saint-Leu-la-Forêt) ont qualifié Ali Soumaré de « délinquant multirécidiviste » en faisant état de quatre condamnations et d’une procédure en cours. (…)

La première, c’est une affaire de vol aggravé, vol avec violence et usage de carte de paiement contrefaite, des faits datant d’août 2004. Le candidat PS aurait été condamné à quatre-vingts heures de travail d’intérêt général le 8 février 2007. «(…) Il doit s’agir d’une homonymie », assure l’avocat. Explication identique pour une procédure en cours, ouverte pour violences ayant entraîné une incapacité de moins de huit jours. Les faits auraient été commis le 25 mai 2008. Ali Soumaré nie aussi toute implication dans un dossier de conduite sans permis. «(…) Aucune ordonnance pénale n’a été signifiée à M. Soumaré», souligne Me Mignard* (…) En revanche, le dossier de « vol aggravé » jugé en 2002 n’est pas contesté.  Vol commis le 3 septembre 1999, qui avait donné lieu à une condamnation à six mois d’emprisonnement ferme et une incarcération. Ce qui n’est pas démenti par l’avocat. Enfin, la dernière affaire en date remonte au 13 octobre dernier. Ali Soumaré devait comparaître devant le tribunal correctionnel de Pontoise pour rébellion à agents de la force publique, le 13 juillet 2009. Il a été condamné en son absence à deux mois de prison ferme.  «Le jugement n’a pas été signifié à M. Soumaré, qui a fait appel aujourd’hui (lundi).

C’est une banale altercation qui sera plaidée à la cour et cela se terminera peut-être par une relaxe.

(…) Francis Delattre et Sébastien Meurant ne retiraient rien de leurs accusations, citant un extrait du dernier jugement : « Le tribunal entend faire une application rigoureuse de la loi pénale en condamnant M. Ali Soumaré à une peine de deux mois d’emprisonnement ferme, compte tenu des condamnations déjà prononcées. »

 

* En réalité, son avocat ne nie pas l'infraction et ne dit pas qu'il n'a pas été condamné, il déclare simplement que la condamnation prononcée n'a pas été transmise à son client…

Les commentaires sont fermés.