Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/06/2012

Cohn-Bendit prêt à aider EELV à sortir de son "ornière groupusculaire"

PARIS, 25 juin 2012 (AFP) - Le député écologiste européen Daniel Cohn-Bendit a souhaité lundi que le mouvement Europe Ecologie-Les Verts (EELV) "sorte de l'ornière groupusculaire" et s'est déclaré "prêt à aider" son nouveau chef Pascal Durand, qui a succédé à Cécile Duflot, à y parvenir.

"Pascal Durand a une mission très difficile, c'est-à-dire de sortir Europe Ecologie de l'ornière groupusculaire dans laquelle nous nous sommes mis, donc de se rouvrir à la société. Il le veut", a déclaré M. Cohn-Bendit à la presse à l'issue d'un entretien à l'Elysée avec François Hollande.

"Le problème, c'est qu'on a toujours tendance, à Europe Ecologie, à parler aux militants. Or, il y a de moins en moins de militants et on oublie de parler à la société et aux électeurs. Voilà le verrou qu'il faut faire sauter", a-t-il ajouté, car "les possibilités d'Europe Ecologie sont maintes fois plus fortes et plus grandes que ce qu'on arrive à réaliser aujourd'hui".

"Mais ce n'est pas moi qui vais résoudre le problème d'Europe Ecologie. Je veux bien aider à ce qu'Europe Ecologie reprenne un peu les couleurs, la dynamique, l'ouverture des élections européennes", a insisté le coprésident du groupe écologiste au Parlement européen.

EELV avait réalisé un score historique aux élections européennes en France en 2009 en rassemblant 16,3% des suffrages, juste derrière le Parti socialiste. Sa candidate à la présidentielle de 2012, Eva Joly, n'a réuni que 2,3% des voix.

"Moi, je suis hyper +réalo+. Un groupe à l'Assemblée, oui, mais avec une force politique qui existe dans la société, sinon on est le Parti radical vert", a ironisé M. Cohn-Bendit.

"Après deux ans de solidarité avec le gouvernement (de Jean-Marc Ayrault), aller aux élection européennes, ça va être difficile", a-t-il estimé. "Il faudra avoir quelque chose à proposer, un discours européen, être capables de parler aux électeurs", a-t-il conclu.

Les commentaires sont fermés.