Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/06/2012

Assemblée : tensions PS-EELV autour de la commission développement durable

Les relations étaient tendues entre le PS et les écologistes en cette rentrée parlementaire. Au coeur de ces tensions, la présidence de la commission Développement durable, réclamée par Europe-Ecologie-Les-Verts, et refusée par le groupe socialiste. «Nous sommes d'accord pour leur donner une présidence de commission mais pas celle du développement durable», a expliqué un député PS, ajoutant que la présidence de la commission des affaires européennes leur avait été proposée, ainsi que l'un des six postes de vice-présidents de l'Assemblée.

Un socialiste présidera la commission convoitée par les écologistes

Mardi matin, les députés socialistes se sont réunis pour attribuer et répartir les postes de présidence de commission. Mais, selon un député PS, les discussions ont beaucoup tourné autour d'EELV. Serge Coronado, nouveau député EELV, a expliqué que son groupe souhaitait que l'un d'eux, Denis Baupin, préside la commission du développement durable. Mais les socialistes ont finalement désigné Jean-Paul Chanteguet à la présidence de cette commission.

«Denis Baupin aurait pu être un bon président de commission mais Jean-Paul Chanteguet a beaucoup travaillé sur cette problématique depuis des années avec une sensibilité particulière au sein du groupe socialiste», a déclaré le patron des députés PS Bruno Le Roux. «Il faut qu'on apprenne à travailler de manière plus générale et sans spécialité acquise les uns avec les autres. De ce point de vue, je trouve que la proposition de la Commission des affaires européennes aux Verts montre bien, face aux enjeux de l'Europe, la façon dont nous entendons travailler ensemble dans cette majorité», a-t-il ajouté

 

Bartolone élu sans les voix des écologistes

Décidés à montrer leur mécontentement, les écologistes ont décidé de voter blanc lors de l'élection de la présidence de l'Assemblée nationale dans l'après-midi. «Au vu du mode de gestion de la majorité en ce début de législature, nous votons blanc», a indiqué le président du groupe écologiste, François de Rugy, confirmant que le groupe EELV ne donnerait pas de voix au socialiste Claude Bartolone.

«Nous réagissons très mal. Il ne faut pas que le PS se laisse bercer par l'ivresse de l'hégémonie, ça fait beaucoup après l'épisode de Bricq (l'ex-ministre de l'Écologie, déplacée au Commerce extérieur)», a lancé Noël Mamère. Sans compter la mise au point de la semaine dernière après des propos «maladroits» du ministre chargé des Relations avec le Parlement, Alain Vidalies, déniant aux députés EELV la liberté de vote.

Les commentaires sont fermés.