Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/12/2012

Vidéo PCF: Harlem Désir dénonce "un clip de mauvaise foi, mensonger et caricatural"

PARIS, 27 déc 2012 (AFP)

Le premier secrétaire du PS Harlem Désir a dénoncé jeudi la vidéo du PCF moquant les promesses non tenues du candidat Hollande devenu président, y voyant un "clip de mauvaise foi, mensonger et caricatural", et appelé les communistes à ne pas "se tromper d'adversaire".

Cette vidéo, intitulée "2013, rallumons les étoiles", met en scène François Hollande formulant différentes promesses lors de la campagne présidentielle, aussitôt coupé par des rires enregistrés typiques des sitcoms, avant que n'apparaisse le chiffre ou l'affirmation le contredisant dans les faits.

Ce clip "qui vise de façon inacceptable le président de la République et le gouvernement" est "de mauvaise foi, mensonger et caricatural: il est une faute contre la gauche", dénonce le patron du PS dans un communiqué.

"Ce clip est un honte pour ses auteurs", fustige encore Harlem Désir en constatant que "François Hollande et la gauche qui gouverne sont la cible exclusive de ce clip qui épargne totalement la droite et l'extrême droite".

"Ce clip ne met pas seulement en cause le président de la République, il ignore délibérément l'action menée depuis 8 mois au service des Français", souligne le leader socialiste, citant une longue liste de mesures sociales prises par le gouvernement, dont beaucoup ont été "votées par le PCF au Parlement".

"Ce clip passe aussi sous silence l'incohérence du Parti communiste qui a, pour la première fois avec la droite au Parlement, voté contre des réformes qui améliorent la vie quotidienne des Français comme le budget de la Sécurité sociale", tacle le premier secrétaire du PS qui appelle le PCF "à cesser de se tromper d'adversaire et à se garder d'une dérive contraire à sa tradition de responsabilité".

"Ces caricatures sont insultantes et dangereuses pour l'unité de la gauche. La France n'a rien à gagner à la division de la gauche. Au lieu de faire la guerre à la gauche, le Parti communiste devrait aider le gouvernement à faire la guerre au chômage et à la crise", fait-il valoir.

Les commentaires sont fermés.