Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/03/2013

Cambadélis: le PS "pas à la hauteur" du combat à mener

Le député PS Jean-Christophe Cambadélis a estimé lundi que le Parti socialiste n'était "pas à la hauteur" de la "bataille du sens" à mener pour expliquer la politique de François Hollande qui, parfois, parle "trop".

Interrogé par Canal + sur la façon de s'opposer à la déception montrée par des sondages, l'élu de Paris a observé: "on ne peut pas tout attendre du président de la République et de ses interventions".

"Il y a un doute, on ne peut le combattre en restant l'arme au pied", a-t-il poursuivi.

"Je trouve que le parti socialiste, la communauté socialiste n'est pas à la hauteur du combat à engager pour donner du sens. La bataille du sens est nécessaire aujourd'hui à mener par les socialistes, sinon personne d'autre de la mènera", a argumenté M. Cambadélis.

Vise-t-il le Premier secrétaire ? "C'est l'ensemble des socialistes, ne personnalisons pas", a répondu celui qui avait brigué en vain la tête du PS remportée par Harlem Désir. "L'ensemble des parlementaires devraient engager une campagne sur le terrain pour dire où nous allons, où nous en sommes".

"Le président ne peut pas être tous les jours sur les plateaux, se substituer aux dirigeants socialistes", a-t-il dit.

Mais ne doit-il pas "parler sans relâche", comme M. Cambadélis lui-même l'avait recommandé sur son blog? "Il parle sans relâche, parfois on peut dire qu'il parle de trop. Dès qu'il est en sortie, on lui tend le micro et il répond», a répliqué le député de Paris.

Le chef de l'Etat doit-il renoncer aux petites phrases, petites blagues? "C'est son mode de liaison avec les Français pour dire: je suis toujours en relation avec vous", a-t-il répondu.

A Dijon où le président séjourne deux jours, "il va prendre un peu le pouls de la France profonde", a expliqué le responsable PS.

M. Cambadélis a encore critiqué des ministres qui "ne se managent pas bien". "A des moments donnés, on se demande qui a raison sur qui. Ces couacs à répétition ne permettent pas de voir où nous allons", a-t-il dénoncé.

Les commentaires sont fermés.