Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/12/2012

Vidéo PCF: Harlem Désir dénonce "un clip de mauvaise foi, mensonger et caricatural"

PARIS, 27 déc 2012 (AFP)

Le premier secrétaire du PS Harlem Désir a dénoncé jeudi la vidéo du PCF moquant les promesses non tenues du candidat Hollande devenu président, y voyant un "clip de mauvaise foi, mensonger et caricatural", et appelé les communistes à ne pas "se tromper d'adversaire".

Cette vidéo, intitulée "2013, rallumons les étoiles", met en scène François Hollande formulant différentes promesses lors de la campagne présidentielle, aussitôt coupé par des rires enregistrés typiques des sitcoms, avant que n'apparaisse le chiffre ou l'affirmation le contredisant dans les faits.

Ce clip "qui vise de façon inacceptable le président de la République et le gouvernement" est "de mauvaise foi, mensonger et caricatural: il est une faute contre la gauche", dénonce le patron du PS dans un communiqué.

"Ce clip est un honte pour ses auteurs", fustige encore Harlem Désir en constatant que "François Hollande et la gauche qui gouverne sont la cible exclusive de ce clip qui épargne totalement la droite et l'extrême droite".

"Ce clip ne met pas seulement en cause le président de la République, il ignore délibérément l'action menée depuis 8 mois au service des Français", souligne le leader socialiste, citant une longue liste de mesures sociales prises par le gouvernement, dont beaucoup ont été "votées par le PCF au Parlement".

"Ce clip passe aussi sous silence l'incohérence du Parti communiste qui a, pour la première fois avec la droite au Parlement, voté contre des réformes qui améliorent la vie quotidienne des Français comme le budget de la Sécurité sociale", tacle le premier secrétaire du PS qui appelle le PCF "à cesser de se tromper d'adversaire et à se garder d'une dérive contraire à sa tradition de responsabilité".

"Ces caricatures sont insultantes et dangereuses pour l'unité de la gauche. La France n'a rien à gagner à la division de la gauche. Au lieu de faire la guerre à la gauche, le Parti communiste devrait aider le gouvernement à faire la guerre au chômage et à la crise", fait-il valoir.

27/12/2012

Le PCF moque les promesses non tenues d'Hollande dans ses voeux pour 2013

PARIS, 27 déc 2012 (AFP)

Le Parti communiste a ouvert le bal des voeux pour l'année 2013 en publiant une vidéo de presque quatre minutes moquant les promesses non tenues du candidat Hollande devenu président.

Le clip, intitulé "2013, rallumons les étoiles", met en scène François Hollande formulant différentes promesses lors de la campagne présidentielle, aussitôt coupé par des rires enregistrés typiques des sitcoms, avant que n'apparaisse le chiffre ou l'affirmation le contredisant dans les faits.

A chaque engagement non tenu, le slogan "le changement, c'est maintenant" apparaît grignoté, pour finalement totalement disparaître à la fin de la vidéo.

François Hollande est ainsi montré du doigt par le Parti communiste sur sa politique dans les domaines de la culture, l'Europe, la santé, le vote des étrangers, la hausse de la TVA, le vote à la proportionnelle ou encore la finance.

La dernière séquence du clip aborde le thème de l'industrie; le président y apparaît peu à peu submergé par le nom des groupes industriels ayant annoncé des plans de licenciements et les rires laissent place à cette phrase : "1.500 emplois détruits chaque jour, ça nous fait pas rire".

Le PCF finit sa vidéo en souhaitant "à toutes et à tous une bonne année de luttes".

14/12/2012

Pas-de-Calais : la grande vie des élus PS du bassin minier

Le Figaro – 14 Décembre 2012

 

 Jean-Pierre Kucheida, maire de Liévin et tête de proue du PS dans le Pas-de-Calais est un homme qui sait vivre. «Kuche», selon le drôle de nom dont l'affublent ses amis sans intention moqueuse, possède, semble-t-il, le verbe haut et l'esprit festif. C'est ainsi que ses proches ont été conviés, d'après une légende qui a la vie dure malgré les années passées, à célébrer «le premier milliard» de l'élu. À l'époque, modèrent ceux qui osent encore évoquer ce souvenir il ne s'agissait toutefois que de francs, et non pas d'euros... Ses invités réguliers louent en tout cas sa cave bien remplie et sa sélection raffinée de nuits-saint-georges. L'examen des dépenses du maire par la justice n'a pas démenti cet hédonisme manifeste, mais peut-être trop souvent supporté par la collectivité. Les juges ont épluché les factures laissées par l'édile avec la carte de paiement de la Soginorpa, un établissement gérant les 63.000 anciens logements miniers, qu'il dirigeait.

 

Les listings bancaires ont révélé des déjeuners à La Rascasse, table réputée de Saint-Florent en Haute-Corse, bien loin de Liévin, ou le chef étoilé Marc Veyrat en Savoie, où les Kucheida possèdent un chalet... Lorsqu'il est sur ses terres, l'ancien député déjeune volontiers à Busnes, non loin de Béthune, chez un autre talent reconnu par le Michelin, Marc Meurin. Une chance, c'est son cousin! Un dimanche de Pentecôte, il rassemble à cette table «familiale» une dizaine d'invités, laissant une addition de plus de 1000 € pour le contribuable.

 

Coût moyen d'un repas: 300 €

Pour sa défense, le baron socialiste, ancien prof d'histoire-géo, a déclaré que les 47.000 € de frais présumés personnels que lui reproche la justice, en neuf ans passés à la tête de l'organisme public, ne représentent finalement que «trois repas tous les deux mois». Un rapide calcul montre que l'élu du bassin minier évalue donc le coût moyen d'un repas à près de 300 €... Un chiffre faramineux qui a fini par choquer les électeurs: Kucheida, exclu du PS pour dissidence, a perdu sa circonscription en juin dernier après 30 ans de règne. L'homme a également le sens de la famille. La justice s'interroge sur le montage qui a permis a sa fille Maryka - nom d'artiste de Marie Kucheida - de percevoir 12.000 € par le biais d'une association pour une exposition photo signée de la jeune femme, facturée in fine au bailleur social présidé par son père. La PJ se penche aussi sur le fils, Frédéric Kucheida, en étudiant les conditions d'un marché passé entre ce gérant d'entreprise et une société d'économie mixte dans laquelle son père est présent.

 

Jets privés pour Hénin-Beaumont

Mais il n'y a pas qu'à Liévin, que les élus mènent grand train. À Hénin-Beaumont non plus, on n'est pas regardant sur la gestion des deniers publics. À la suite de la mise en examen de l'ex-maire, Gérard Dalongeville, le parquet a dressé un bilan sévère du train de vie des élus. Parmi les incroyables habitudes prises par ces improbables gestionnaires, le recours régulier à de jets privés, pris en charge par la mairie. Guy Mollet - un apporteur d'affaires sulfureux qui ne rappelle en rien son célèbre homonyme - grimpe dans les avions privés comme on commande un taxi. Il effectue avec ses acolytes de multiples vols vers Dax, Biarritz, Le Touquet, ou... Le Luxembourg. La facture? Plus de 91.000 € au total, sans compter 13.946 € d'impayés laissés à la compagnie d'aviation. Au juge qui l'interroge sur la nécessité de voyager par les airs, Guy Mollet répondra qu'il n'avait pas les moyens de faire l'avance des frais de TGV! Confrontée à un problème de «logements d'urgence» pour les personnes en difficulté, la ville loue un immeuble dans un bourg voisin, Flers-en-Escrebieux. En guise d'exclus, le bâtiment aurait surtout hébergé des proches de l'équipe municipale.

16:38 Publié dans Arnaque | Lien permanent | Commentaires (0)