Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/07/2016

Hollande cumule les nominations de proches

Lionel Venturini - l’Humanité – 12 Juillet 2016

Pour lui permettre d'atténuer les dissensions internes, François Hollande récompense ses fidèles

Le président François Hollande « envisage de nommer » Bernard Roman, le député socialiste de Lille, « comme président de l’Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières » (Arafer), le gendarme du rail. Un projet qui pourrait offrir quelques avantages. Ne pouvant cumuler la direction de l’Arafer et son siège de député, Bernard Roman, doit abandonner la première circonscription du Nord. Un siège qui pourrait intéresser le ministre de la ville, de la jeunesse et des sports, Patrick Kanner, à la recherche d’un mandat parlementaire.  Une nomination qui succède à une autre. Le président à aussi fait savoir que Philippe Mauguin pourrait prendre la tête de l’Institut national de la recherche agronomique (Inra). Cette nomination sera effective lorsque les deux commissions, du Senat et de l’Assemblée auront auditionné et validé le candidat. Les présidents des groupes LR et UDI de l’Assemblée et du Sénat dénoncent « un recasage » politique « inacceptable ». Faisant fi des quolibets, François Hollande récompense ses fidèles. Ce qui lui permet d’atténuer les risques de dissensions internes.

12/07/2016

Le coiffeur de Hollande payé 9895 € par mois

Un coiffeur est affecté à la chevelure présidentielle depuis mai 2012 pour 9895 euros de salaire brut mensuel, écrit Le Canard enchaîné dans son numéro à paraître demain.

Le contrat de travail d'Olivier B., "coiffeur personnel du chef de l'État", a été signé le 16 mai 2012 par la directrice de cabinet de l'Élysée à l'époque, Sylvie Hubac, précise l'hebdomadaire. Ce contrat indique qu'Olivier B. est "recruté en qualité d'agent contractuel (...) pour la durée du mandat présidentiel en cours", poursuit Le Canard, selon lequel son "CDD de cinq ans lui vaut une rémunération brute cumulée de 593.700 euros". Ces émoluments s'accompagnent "d'éventuelles indemnités de résidence et autres avantages familiaux", ajoute l'hebdomadaire.

L'Élysée n'était pas joignable ce soir pour réagir à ces informations, mais l'hebdomadaire satirique assure que "l'Élysée confirme sur toute la ligne". Le Canard enchaîné précise également qu'Olivier B. doit être totalement disponible et suit le président dans la plupart de ses déplacements. Il cite même l'article 5 de son contrat de travail, où "Monsieur B. s'engage à observer, pendant et après l'expiration de son contrat, le secret le plus absolu sur les travaux qu'il aura effectués ou les renseignements qu'il aura recueillis".

Par Lefigaro.fr avec AFP - Mis à jour le 12/07/2016 à 19:26

10/07/2016

Ceux qui ont tué Rocard étaient à ses obsèques

Mort RocardCeux qui ont ourdi la mise à mort politique de Michel Rocard, le 19 juin 1994, étaient aussi présents ce 7 juillet pour lui rendre hommage aux Invalides.

PAR Emmanuel Berretta

Publié le 07/07/2016 à 18:01 | Le Point.fr

Le destin politique de Michel Rocard a été scellé un dimanche, le 19 juin 1994. C'est ce jour-là que l'ancien Premier ministre de François Mitterrand sort définitivement de la scène politique nationale, à la suite d'une « révolution de palais » au sein du PS. Rocard est mis en minorité. Il démissionne de la direction du PS et ceux qui tirent les ficelles de ce « conseil national » (le parlement du parti) sont encore là, 22 ans plus tard, en ce 7 juillet 2016, aux Invalides pour lui rendre un dernier hommage. Au premier rang desquels Laurent Fabius. Le « crime politique » contre Rocard n'a pas payé, en fait, car Fabius ne sera jamais désigné candidat à la présidence de la République par sa famille politique... On notera la cohérence de Ségolène Royal, absente aux Invalides : elle n'aimait pas Rocard et c'était réciproque (*).

L'épisode de 1994 est intéressant tant la situation catastrophique du PS de l'époque n'est pas sans rappeler le marasme des socialistes d'aujourd'hui. Pour bien comprendre les enjeux, il faut revenir au soir du 12 juin 1994 : Michel Rocard, patron du parti et tête de liste du PS aux européennes, essuie une lourde défaite avec seulement 14,49 % des voix. Un score tout à fait comparable à l'impopularité actuelle de François Hollande... Nous sommes alors à un an de la présidentielle. Rocard, qui se voyait en « candidat naturel » de son camp, perd d'un coup cette étiquette... Sept jours plus tard, le 19 juin 1994, il doit assumer cette déroute devant le conseil national du parti. En coulisse, les dagues sont tirées.

Cambadélis invente la Belle Alliance deux fois, à 22 ans d'écart

La situation n'est pas pour déplaire à François Mitterrand qui, de plus en plus malade, n'est plus que l'ombre de lui-même dans les couloirs de l'Élysée. Laurent Fabius tire la première salve en se déclarant favorable à une candidature de Jacques Delors. En coulisse, il rencontre Henri Emmanuelli – un jospiniste – pour le pousser à se déclarer candidat à la présidence du parti. Avec l'appoint de l'aile gauche emmenée par Julien Dray et Jean-Luc Mélenchon, le coup est parti ! Rocard ne pourra l'arrêter. Le retournement d'alliance se vérifie dans les votes : au conseil national, le projet présenté par Michel Rocard est repoussé par 129 délégués ; 88 soutiennent le projet Rocard, dont Jean-Christophe Cambadélis, Pierre Moscovici, DSK et Jean-Marie Le Guen ; 48 s'abstiennent, dont Lionel Jospin lui-même... Deux refusent de voter, dont Ségolène Royal qui, déjà, se singularise... Emmanuelli succède provisoirement à Rocard jusqu'au congrès suivant, en décembre, à Liévin, où il sera confirmé. Sous sa houlette, le parti met un coup de barre à gauche...

Les jospinistes sont apparus divisés. En effet, Dominique Strauss-Kahn, issu de ce courant, a été convaincu de se présenter contre Emmanuelli. DSK est battu. Jusqu'ici, les jospinistes avaient emboîté le pas à Michel Rocard : Lionel Jospin et Jean-Christophe Cambadélis l'avaient même convaincu d'anticiper le résultat des européennes en proposant, le 7 juin (soit deux jours avant le scrutin), de dépasser le PS par une « nouvelle alliance » lors d'un meeting à Créteil.  Une alliance des progressistes, milieux associatifs et syndicats compris... Tiens, tiens, mais ne serait-ce pas, 22 ans plus tard, la même idée, rebaptisée la « Belle Alliance populaire », que le même Cambadélis tire de son sac pour tenter de sauver le soldat Hollande ? L'histoire socialiste repasse les plats...

Qui réclamera le « droit d'inventaire » du quinquennat Hollande ?

La situation de 2016 est, en revanche, beaucoup plus compromise. Si, en 1994, le PS est si faible, la gauche, elle, est encore debout. En fait, de très nombreux électeurs socialistes se sont évaporés du côté de la liste conduite par Bernard Tapie (radicaux de gauche), qui en croque 12,03 %. Beaucoup y voient la dernière balle de Mitterrand tirée contre son ennemi intime, Rocard. Les rocardiens soupçonnent du reste les héritiers de Mitterrand, Fabius en tête, d'avoir appelé discrètement leurs électeurs à soutenir la liste Tapie... On n'est jamais trahi que par les siens.

La suite de l'histoire est connue. Jacques Delors renonce à se présenter à la présidentielle le 11 décembre 1994. François Rebsamen et quelques-uns de ses amis tentent, dans Le Nouvel Observateur, un appel à une candidature Joxe, qui fera un flop... Lionel Jospin, qui a finalement le mieux manœuvré dans l'affaire, a obtenu l'investiture en février 1995 en revendiquant un «droit d'inventaire» sur l'héritage mitterrandien.

La transposition de 1994 à 2017 est-elle possible ? Si l'on part du principe que Rocard et Hollande sont les deux noyés de l'histoire, qui sera le Delors de 2017 ? Macron ? Et qui sera le Jospin de 2017, qui obtiendra l'investiture PS en revendiquant un « droit d'inventaire » sur le quinquennat Hollande ? Réponse dans six mois...

(*) En janvier 2007, Michel Rocard lui demande de se retirer de la course présidentielle à son profit. En 2008, au Congrès de Reims, le même dit quitter le PS si elle devient premier secrétaire.