Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/03/2010

Guerre Mandroux / Frèche

Le maire PS de Montpellier, Hélène MANDROUX, en guerre ouverte avec Georges FRECHE, président du conseil régional du Languedoc-Roussillon et président ce l’agglomération de

Montpellier, a mis hier ce dernier au défi “d’aller au bout de sa logique de destruction”. Dans un communiqué publié au lendemain d’un conseil municipal marqué par les flèches décochées par

M. FRECHE en sa direction, Mme MANDROUX déplore que ce dernier, “dise maintenant vouloir renverser la Ville et même le Département”. “Aujourd’hui, je lui demande (l’aller au bout de sa logique de destruction”, ajoute Mme MANDROUX, “s’il pense avoir les moyens de faire démissionner un tiers des élus municipaux pour provoquer de nouvelles élections, qu’il le fasse. Sinon, je lui demande de se taire enfin et de laisser la Ville de Montpellier travailler sereinement”. Ce communiqué est un nouvel épisode de la guerre que se livrent M. FRECHE d’un côté, Mme MANDROUX et le Parti socialiste de l’autre. Mais Mme MANDROUX a essuyé un cuisant échec (4e position au premier tour, avec 11,36 % des voix). “Vous avez été massivement désavouée par les Montpelliérains et c’est la première fois depuis deux siècles que ça se produit pour le maire de Montpellier”, avait commenté M. FRECHE lundi lors du conseil municipal. “Georges FRECHE a posé la question de ma légitimité de maire. Lui-même dit qu’il n’y a qu’un seul juge: le suffrage universel”, commente Mme MANDROUX. “je suis maire par la volonté du peuple”, dit-elle, mettant au défi M. FRECHE de provoquer la dissolution du conseil municipal.

Le MRC se retire de la Commission sur les primaires à gauche

Le président du Mouvement républicain et citoyen, l’ancien ministre Jean-Pierre CHEVENEMENT, sénateur (RDSE) du Territoire de Belfort, a annoncé hier que son parti se retirait de la commission sur les primaires de la gauche pour 2012, du fait de “maltraitances” dont le MRC a fait l’objet aux régionales et de “différences de fond”. Il déplore notamment, dans une lettre à la secrétaire générale du parti socialiste Martine AUBRY, que l’accord conclu avec le PS, “n’ait pas été respecté dans la moitié des régions”. De plus, le MRC a “le sentiment que le Parti socialiste n’a pas tiré les enseignements de ses échecs passés : aucune remise en cause d’une construction européenne irréaliste, antisociale et caporalisante”. Dans ce contexte, le Conseil national du MRC a décidé de soumettre à son Congrès des 26 et 27 juin à Paris, un “programme de salut public” sur “la base d’un projet clair, à la hauteur des défis”.

26/03/2010

Financement d'associations fictives : Sylvie Andrieux pourrait perdre son immunité Parlementaire

Mme Sylvie ANDRIEUX, députée PS des Bouches-du-Rhône, ancienne vice-présidente de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, fait l’objet d’une demande de levée d’immunité parlementaire dans le cadre d’une enquête sur des détournements présumés de fonds publics.

Le parquet de Marseille a transmis cette demande au procureur général d’Aix-en-Provence afin de pouvoir procéder à des auditions sous le régime de la garde à vue ainsi qu’à un éventuel contrôle judiciaire.

La demande doit ensuite être transmise au ministère de la Justice, qui a transmettra au bureau de l’Assemblée nationale.

Vingt-deux personnes ont déjà été mises en examen dans cette enquête portant sur le détournement de plus de 700 000 euros par des associations présumées fictives, subventionnées par le conseil régional.

Parmi elles figurent d’ancien cadres du conseil régional comme MM. Franck DUMONTEL, ancien directeur de cabinet du président PS de la région Michel VAUZELLE, aujourd’hui directeur de cabinet du président de la communauté urbaine Marseille Provence Métropole Eugène CASELLI (PS), et Jules NYSSEN, ancien directeur général des services au conseil régional.

in "Bulletin Quotidien" - 26/03/2010

 

 

12:53 Publié dans Arnaque | Lien permanent