Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/05/2012

Mélenchon fustige "la mesquinerie et l'ingratitude" des socialistes

PARIS, 30 mai 2012 (AFP) - Jean-Luc Mélenchon a dénoncé mercredi "la mesquinerie et l'ingratitude" à l'égard du Front de gauche des socialistes, qui ont critiqué son affrontement avec Marine Le Pen dans la 11eme circonscription de Hénin-Beaumont.

"Le PS est d'une mesquinerie et d'une ingratitude à l'égard du Front de gauche incroyables", a lancé le dirigeant du FG sur BFM TV et RMC.

M. Mélenchon a récusé avec force la critique venue des rangs socialistes d'avoir mis Marine le Pen "au centre du jeu" en se présentant contre elle pour les législatives à Hénin-Beaumont.

"Qui c'est qui tient tout là-bas? Ce n'est pas les socialistes? Comment se fait-il qu'elle (Marine Le Pen) soit arrivée à 31% (dans la circonscription, au premier tour de la présidentielle), sinon du fait de leurs turpitudes locales (... et) de l'infâme M. Dalongeville?", a-t-il lancé.

"Comme circonscription plus facile, on trouve mieux... Alors quand même, un peu de respect pour les gens qui se battent", a-t-il poursuivi.

"Les socialistes et la droite dans leur mesquinerie ne tiennent même plus compte du contenu politique d'une bataille. Qui se bat contre le FN dans ce pays? Nous sommes la plupart du temps tout seuls", a affirmé le dirigeant du Front de gauche.

"Nous avons fait battre, nous, le Front de gauche, Nicolas Sarkozy, parce que sans nous, Hollande n'était pas élu. Il (François Hollande) n'est pas très reconnaissant, mais c'est la vérité", avait déclaré Jean-Luc Mélenchon un peu plus tôt.

Le responsable a expliqué ce que serait la position du FG face au gouvernement socialiste.

"On n'est pas l'opposition, bien sûr que non... On ne peut pas dire non plus qu'on est dans la majorité, dans la mesure où l'on ne va pas appliquer son programme", a-t-il dit.

"Un opposant par exemple, a-t-il souligné, c'est quelqu'un qui vote la motion de censure contre le gouvernement. Moi, je prends l'engagement de ne jamais signer la motion de censure de la droite contre le gouvernement".

Les députés du FG entendent avoir à l'Assemblée nationale un "travail d'éclaireurs, de sentinelles et d'avant-garde" et qu'"évidemment", ils voteraient contre des textes gouvernementaux si nécessaire.

Jean-Luc Mélenchon a assuré enfin que l'affaire des tracts anonymes distribués par des proches du FN coûterait "très cher" à Marine Le Pen.

"Bien sûr, nous portons plainte. Cela va coûter très cher à Mme Le Pen", a-t-il dit.

Ces tracts sont assimilables à de "la fausse propagande". "Cela peut coûter l'inéligibilité à Mme Le Pen dans tous ses mandats", a-t-il ajouté.

24/05/2012

Sérieux coups de canif à l'accord PS-EELV à Lyon, Gérard Collomb au front 69-01

LYON, 23 mai 2012 (AFP) - Le maire PS de Lyon pourfendant les "Khmers verts" et défendant un radical de gauche, l'écologiste soutenu officiellement par les socialistes prenant pour suppléante une opposante au maire: l'accord EELV-PS pour les législatives est sérieusement écorné dans la 1ère circonscription du Rhône.

"Les électeurs sont déboussolés et les militants socialistes ressentent une insatisfaction car la décision nationale l'a emporté sur la décision locale", constate Jacky Darne, premier secrétaire de la fédération PS du Rhône, qui avait alerté de longue date la direction nationale du parti sur les difficultés rencontrées avec les écologistes.

Les escarmouches en vue des élections législatives ont débuté il y a plus de six mois, avec le maire Gérard Collomb à l'attaque: "Je me suis toujours battu contre les Khmers rouges, je ne plierai pas aujourd'hui devant les Khmers verts" écologistes et leur "terrorisme intellectuel", avait-il lancé, demandant à François Hollande de rectifier l'accord fraîchement conclu entre PS et EELV.

L'accord a été convenu "en parfaite entente" entre M. Hollande et la première secrétaire, Martine Aubry, assurait aussitôt Christophe Borgel, secrétaire national aux élections. Sous-entendu, sans que les pro-Hollande, tel Gérard Collomb, ne soient lésés.

La 1ère circonscription du Rhône (plusieurs arrondissements du sud de Lyon), dont le député sortant est Michel Havard (UMP), est réservée selon l'accord à Philippe Meirieu, spécialiste de l'éducation entré en politique en 2010, devenu vice-président du conseil régional de Rhône-Alpes et président du conseil fédéral d'Europe Ecologie-Les Verts.

Or à la Région, dirigée par le socialiste Jean-Jack Queyranne, les Verts votent toujours "contre la culture, le développement technologique, les pôles de compétitivité, l'université, contre tout ce qui fait l'avenir de l'agglomération", déplorait il y a peu Gérard Collomb.

"Si le même type de vote se reproduit demain au niveau national, on sera dans une situation particulièrement difficile", avertit l'édile, qui ne craint nullement d'être exclu de son parti et "préfère soutenir" Thierry Braillard, son adjoint aux sports depuis 2001, investi par le Parti radical de gauche.

Cet avocat, vice-président du PRG, s'était déjà présenté dans cette 1ère circonscription en 1993 et 2007, sous le patronage des socialistes. "Aujourd'hui j'ai le soutien de l'ensemble des élus locaux du PS sur la circonscription, de nombreux écologistes et de la quasi-totalité des militants socialistes", affirme-t-il à l'AFP.

Il mène campagne comme "candidat de la majorité présidentielle de François Hollande" et prend la pose aux côtés des autres aspirants socialistes dans le Rhône.

"On gère dans le meilleur état d'esprit possible", affirme-t-on à la fédération socialiste, tandis que les instances nationales semblent regarder de loin ces bisbilles locales.

Pour corser la situation, Philippe Meirieu, qui estime "incarner la légitimité et l'union", a pris pour suppléante Nathalie Perrin-Gilbert, maire socialiste du 1er arrondissement, qui se veut une alternative à Gérard Collomb pour les élections municipales de 2014.

Autre cocasserie, Thierry Braillard s'est adjoint comme suppléante Gilda Hobert, une socialiste.

Les deux prétendants se disent persuadés de l'emporter, malgré la présence de 14 candidats au total, dans une circonscription dont la population a évolué et qui a voté François Hollande à près de 54% le 6 mai."

reb/jfr/mad/ed

Une semaine après son entrée au gouvernement, Montebourg condamné pour injure

PARIS, 23 mai 2012 (AFP) - A peine nommé ministre, Arnaud Montebourg s'est vu sanctionner mercredi par le tribunal de grande instance de Paris qui l'a condamné à un euro de dommages et intérêts pour avoir injurié les anciens membres de la direction de SeaFrance.

Dans une interview au JDD le 15 avril, le candidat Hollande avait pris l'engagement de ne pas avoir "autour de (lui) à l'Élysée des personnes jugées et condamnées".

Interrogé par l'AFP, le cabinet du ministère de Redressement productif a répondu qu'il n'y aurait "aucun commentaire, aucune réaction" de M. Montebourg.

En campagne pour la primaire socialiste, Arnaud Montebourg s'était exprimé après une visite à Calais, dans les locaux du Syndicat maritime Nord CFDT.

"On parle souvent de patrons voyous, là il s'agit d'une entreprise publique, c'est curieux... On ne fera pas de miracle, mais on peut dire à la SNCF que s'ils sont des incapables et qu'ils ont mis des escrocs à la tête de SeaFrance, ils vont l'aider à se relever", avait déclaré l'ancien député, dont les propos avaient été repris dans La Voix du Nord du 27 septembre.

Se sentant offensés, le patron de SeaFrance, Pierre Fa, et les quatre autres membres du directoire avaient assigné l'élu socialiste pour injure. Mercredi, la 17e chambre civile n'a pas retenu les termes d'"incapables" et de "patrons voyous", mais a jugé que le terme "escrocs" était "incontestablement outrageant".

Le tribunal a débouté les demandeurs de leurs poursuites contre la Voix du Nord.

"contexte conflictuel"

"M. Montebourg a fait de l'extravagance son fond de commerce" et face à la situation de SeaFrance "je trouve ça lamentable", avait regretté M. Fa, présent à l'audience du 4 avril, contrairement à M. Montebourg.

L'avocat d'Arnaud Montebourg, Me Vincent Toledano, avait rétorqué que le terme d'escroc était tout à fait justifié, puisque l'ancien patron, avait-il rappelé, avait été "condamné à neuf mois de prison avec sursis et 40.000 euros d'amende" pour avoir "assisté au détournement de 305 millions d'euros de fonds publics" dans l'affaire Elf, dont il était directeur de l'audit.

"M. Fa est un familier des caisses noires et il n'a jamais rien fait", avait continué Me Toledano.

Le tribunal n'a pas partagé cette analyse. "C'est vainement qu'Arnaud Montebourg invoque" cette condamnation de 2003, peut-on lire dans le jugement, car "il n'est en effet pas prétendu que cette condamnation aurait été prononcée pour des faits d'escroquerie et soit en lien avec la situation de la société SeaFrance".

Le tribunal reconnaît que "les hommes politiques doivent faire preuve d'une plus grande tolérance à la virulence de la critique", mais nuance-t-il, "cela ne signifie pas qu'à l'inverse, ils disposent d'une plus grande liberté d'expression que les autres citoyens pour manier l'invective".

Toutefois, considérant "le contexte conflictuel dans lequel les propos ont été tenus", le tribunal n'a alloué qu'un euro aux demandeurs, au lieu des 10.000 euros réclamés par chacun.

La liquidation définitive de SeaFrance, la dernière compagnie française de ferries à relier Calais et Douvres, a été prononcée le 9 janvier après plusieurs semaines d'incertitude sur son avenir.

10:52 Publié dans Insultes | Lien permanent | Commentaires (1)

15/05/2012

À peine investi, Flamby tourne à la crème brûlée…

Le soir même de so,n investiture, l'avion de François Hollande est frappé par la foudre

L'appareil du chef de l'État, qui se rendait à Berlin pour une rencontre avec Angela Merkel, a été contraint de faire demi-tour à cause des intempéries.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, l'avion qui transportait François Hollande à destination de Berlin a été touché mardi soir par la foudre, quelques minutes après avoir quitté la base aérienne de Villacoublay, dans les Yvelines.

Le Falcon 7X présidentiel, qui avait décollé peu après 17 heures, a été contraint rapidement de faire demi-tour en raison des intempéries. Touché par des éclairs quatre minutes après le décollage, l'appareil a dû regagner la base aérienne «pour des raisons de sécurité», a précisé le ministère de la Défense. François Hollande a finalement pu redécoller vers Berlin avec un avion de secours, un Falcon 900.

Selon une source aéronautique, les aléas de la météorologie engendrent «parfois ce genre de choses». «Cela arrive de temps en temps, sur tous les types d'appareils», a souligné cette source. Il est toutefois rarissime que celui-ci ait besoin de retourner à sa base.

Un mauvais présage

Cet épisode rocambolesque a immédiatement provoqué des railleries sur les réseaux sociaux facebook et Twitter. Beaucoup ont vu dans cet épisode un «mauvais présage» pour le nouveau président.

14/05/2012

Mélenchon demande aux socialistes "du respect"

PARIS, 14 mai 2012 (AFP) - Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche aux législatives à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), a demandé lundi au PS "du respect", car lui n'est pas "nommé" dans un endroit sûr contrairement, a-t-il dit, à Martine Aubry ou Vincent Peillon.

Evoquant sur France Inter le combat qu'il engage notamment face à Marine Le Pen, l'ex-candidat à l'Elysée (11,1%) a assuré : "je n'y ai aucun intérêt personnel". Il a relevé que la présidente du FN a plus de quinze points d'avance sur lui et le PS plus de dix.

Il vient se confronter "à l'extrême droite qui est en quelque sorte la forme chimiquement pure (...) de la droite", a-t-il dit, vu que "M. Sarkozy a tellement extrême droitisé la ligne de la droite que lors que vous en tapez un, vous en tapez deux pour le même prix".

Quant aux socialistes, "ils devraient me respecter: sur place, leurs exploits ne sont pas si remarquables qu'ils ne doivent pas tenir compte du respect qu'ils doivent aux autres", a dit l'eurodéputé.

"C'est ça, la noblesse de la politique, c'est pas: les chefs vont dans des planques, des endroits où ils sont assurés d'être élus d'avance", a poursuivi M. Mélenchon. "Moi, je ne suis pas nommé par Pierre Mauroy comme l'a été Martine Aubry à Lille, je ne suis pas nommé par Solférino tantôt dans la Somme tantôt dans le grand Sud-est comme l'a été Vincent Peillon qui me fait des remarques et des observations sur le fait qu'il faut des élus de proximité pour comprendre les dossiers", a-t-il accusé.

"Compte tenu de la magnifique bravoure du Front de gauche pour le deuxième tour qui a quand même fait la décision  - parce que sans les 4 millions de voix du FG, quel qu'ait été le brillant niveau de François Hollande, il ne serait pas parvenu à la majorité - nous avons droit à du respect", a insisté M. Mélenchon.

Selon lui, "beaucoup de socialistes sont très contents" qu'il se présente dans cette 11e circonscription dont le sortant est socialiste et où le PS présente un candidat.

Alors que le journaliste Patrick Cohen lui rappelait l'initiative ratée de Bernard Tapie allant défier Jean-Marie Le Pen aux régionales de 1992 en Paca, l'ex-candidat à l'Élysée, s'est offusqué de la comparaison et a accusé: "votre intention est de me nuire, de me salir".

Mélenchon qualifie Hollande de "monarque dans son palais".

PARIS, 13 mai 2012 (AFP) - Le leader du Front de gauche Jean-Luc Mélenchon interrogé dimanche sur France 5 a qualifié François Hollande de "monarque" au détour d'une phrase, avant de "retirer" immédiatement ce qualificatif, parlant d'un "intéressant et important camarade".

M. Mélenchon, qui parlait des législatives dans l'émission "C politique" sur France 5, a affirmé: "le sujet qui est posé pour la prochaine élection: battre la droite, mais c'est surtout pour quoi faire ? Parce que c'est à l'Assemblée que ça va se passer. C'est pas le monarque qui va décider tout seul dans son palais".

11/05/2012

Patrimoine Hollande : 1,17 MEUR de biens immobiliers, plus de valeur boursière

11/05/2012 04h11 - FRANCE2012-PRÉSIDENTIELLE-PATRIMOINE - Monde (FRS) - AFP

PARIS, 11 mai 2012 (AFP) - Le président élu François Hollande dispose de biens immobiliers d'une valeur de 1,17 millions d'euros et ne possède plus aucune valeur boursière ni collection diverse, selon sa "déclaration" de patrimoine parue vendredi au Journal officiel.

En même temps que la proclamation officielle des résultats de l'élection présidentielle, le JO publie comme la loi l'exige la "déclaration de situation patrimoniale" de François Hollande.

Les biens immobiliers d'une valeur actuelle de 1,17 MEUR se répartissent entre une maison à Mougins (Alpes-Maritimes) pour 800.000 euros et deux appartements à Cannes de 230.000 et 140.000 euros.

M. Hollande déclare en outre posséder "divers meubles" d'une valeur de 15.000 euros.

Il fait état des sommes déposées à la date de la déclaration (15 mars 2012) sur trois comptes courants ainsi que d'un contrat d'assurance-vie.

François Hollande déclare ne détenir aucune valeur mobilière (actions cotées ou non, placements...) ni aucun compte à l'étranger. Il n'a en outre pas de collection d'objets d'art, de bijoux ou pierres précieuses et ne déclare pas de véhicule.

Durant la campagne, il avait promis en janvier que la transparence serait "totale" concernant son patrimoine et son état de santé.

dar/sma

10/05/2012

Manifestation de sans-papiers devant le QG de François Hollande

"10/05/2012 17h37 - PS-PARTIS-PRÉSIDENTIELLE-FRANCE2012-IMMIGRATION - Monde (FRS) - AFP

PARIS, 10 mai 2012 (AFP) - Une soixantaine de membres du collectif de sans-papiers de Paris manifestait jeudi après-midi à proximité du QG de François Hollande, où une délégation a été reçue, a constaté une journaliste de l'AFP.

Arrivés vers 17H00, les manifestants étaient maintenus à une cinquantaine de mètres du "QG de transition" (ex-QG de campagne) du président élu par plusieurs policiers, au 59 avenue de Ségur dans le VIIe arrondissement."

 

La délégation, conduite par le porte-parole Hamidou Bakhayokho, qui réclame des papiers", n'a pas été reçue par le président élu.

Dray interdit de QG de Hollande par la compagne du président élu

10/05/2012 11h38 - FRANCE2012-PRÉSIDENTIELLE-PARTIS-PS - Monde (FRS) - AFP

PARIS, 10 mai 2012 (AFP) - Le député socialiste Julien Dray s'est vu interdire mercredi par Valérie Trierweiler, compagne du chef de l'État, l'entrée du QG de François Hollande où était organisé un pot pour la fin de la campagne, a-t-on appris jeudi auprès de membres de l'équipe de campagne.

C'est Le Parisien qui a relaté dans son édition de jeudi les faits, confirmés à l'AFP.

Mme Trierweiler a demandé au député socialiste de quitter le QG où était organisé un pot pour fêter la fin de la campagne.

La compagne du président élu n'a guère apprécié qu'entre les deux tours M. Dray ait convié à son anniversaire Dominique Strauss-Kahn sans prévenir les autres invités - dont des responsables de la campagne de François Hollande -, de la présence de l'ancien directeur général du Fonds monétaire international.

Les écologistes et les portefeuilles: "on en a trop fait", juge Placé

10/05/2012 12h50 - FRANCE2012-PARTIS-EELV-PRÉSIDENTIELLE-GOUVERNEMENT - Monde (FRS) - AFP

PARIS, 10 mai 2012 (AFP) - Le sénateur Jean-Vincent Placé (EELV) a estimé jeudi que les écologistes en avaient "trop fait" dernièrement en "donnant une image de chasse aux portefeuilles" ministériels.

"On peut faire un petit peu de mea culpa... Effectivement, nous sommes un peu +cornerisés+ en donnant une image de chasse aux portefeuilles, aux maroquins. On en a trop fait", a déclaré le sénateur écologiste sur RTL.

Le sénateur avait exprimé juste avant "son ras-le-bol absolu" d'être interrogé sur une participation éventuelle au gouvernement.

Jean-Vincent Placé a exprimé des "excuses" aux électeurs et militants écologistes "qui pourraient penser que notre journée est constituée à courir après François Hollande et ses amis pour obtenir ce maroquin".

"Quand on voit la situation du pays, quand on voit la crise économique, sociale et écologique, cette image-là n'est pas bonne", a dit le sénateur même s'il la juge "très largement caricaturée".

"On ne candidate jamais à un poste de ministre... Ce sont le président de la République et le Premier ministre qui décident", a tenu à rappeler la secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts, Cécile Duflot, sur France Info.

Mme Duflot a été souvent citée ces derniers jours parmi les personnalités susceptibles de rejoindre le nouveau gouvernement, dont François Hollande devrait annoncer le Premier ministre le 15 mai.

"Je pense que tout le monde doit être un peu modeste... Ca s'applique en tout cas de manière très claire à moi", a-t-elle ajouté, tout en rappelant que EELV s'étaient prononcés depuis longtemps pour oeuvrer avec les socialistes à "transformer la société".

 

Interrogé d'autre part sur la mise en service de l'EPR de Flamanville (Manche) pendant le quinquennat de François Hollande, un projet auquel les écologistes sont radicalement opposés, M. Placé s'est dit persuadé que "l'EPR de Flamanville ne sera jamais mis en service et probablement pas avant 2017".

pg/vdr/ed